La Voie du Cheval

un chemin vers notre vraie nature
le 27 avril 2021

Wesak, Beltaine

et le feu sacré du printemps

La fête bouddhiste de Wesak commémore la naissance, l'illumination et la mort du Bouddha. Elle a lieu à la pleine lune pendant que le soleil passe devant la constellation du Taureau, ce qui correspond pour cette année au 27 avril.
Cette fête est l'une des plus importantes de l'année bouddhiste. Ce jour là, des milliers de personnes dans le monde célèbrent les vertus de la compassion et de la conscience, offrant leur prière au bien des êtres.
pratique-de-tchenrezi
Voici une légende vieille de douze siècles qui peut nous inspirer en ces temps de grands bouleversements :

"Il arrive un temps où toute vie sur Terre est menacée. De grandes puissances barbares ont surgi. Bien qu'elles dépensent leurs ressources en préparatifs destinés à s'anéantir mutuellement , elles ont beaucoup en commun : des armes au pouvoir destructeur inimaginable et des technologies qui dévastent notre monde. Dans cette ère, lorsque l'avenir de toute vie sensible est suspendu au plus frêle des fils, le royaume de Shambhala émerge.
Vous ne pouvez vous y rendre car il ne s'agit pas d'un lieu. Ce n'est pas un pays. Ce royaume existe dans le cœur et dans l'esprit des guerriers du Shamabhala. Vous ne pouvez pas non plus reconnaître un guerrier du Shambhala quand vous le rencontrez car il ne porte ni uniforme, ni insigne, ni étendard. Il n'a pas de barricade où grimper pour menacer l'ennemi ou derrière laquelle se cacher pour se reposer ou se rassembler avec les autres guerriers du Shambhala. Il n'a même pas de territoire propre. Il doit toujours se déplacer sur le terrain des barbares eux-mêmes.
Aujourd'hui vient l'heure où un grand courage - un courage moral et physique- est requis des guerriers du Shambhala car ils doivent se rendre au cœur même de la puissance barbare, dans les recoins et les citadelles où les armes sont fabriquées et gardées, afin de les démanteler. Pour démanteler ces armes, dans tous les sens du terme, ils doivent aller dans les couloirs du pouvoir, là où les décisions sont prises.
Les guerriers du Shambhala en ont le courage car ils savent que ces armes sont "manomaya", des créations mentales. Fabriquées par l'esprit humain, elles peuvent être défaites par l'esprit humain. Les guerriers du Shambhala savent que les dangers sur Terre ne nous sont pas imposés par une puissance extra-terrestre, des déités sataniques, une fatalité maligne ou une prédestination. Ils viennent de nos propres décisions, de notre style de vie et de nos relations avec les autres.
Aussi, dans ce temps, le guerrier du Shambhala s'entraîne. Il s'entraîne en utilisant deux armes. Ces deux armes sont la compassion et la prise de conscience. Les deux sont nécessaires.
Il faut de la compassion parce qu'elle donne l'énergie, la puissance et la passion nécessaires pour avancer. Cela signifie ne pas avoir peur de la souffrance du monde. Le guerrier peut alors s'y ouvrir, avancer et agir. Mais cette arme en elle-même ne suffit pas. Utilisée seule, elle peut le brûler.
Le guerrier du Shambhala a donc besoin de l'autre - il a besoin de prendre conscience de l'interdépendance radicale de tous les phénomènes. Cette sagesse lui dit qu'il ne s'agit pas d'une bataille entre les" bons" et les "mauvais" parce que la démarcation entre le bien et le mal parcourt le paysage de chaque cœur humain. Grâce à la perception de notre interdépendance profonde, il sait que les actions entreprises dans une intention pure se répercutent sur l'ensemble de la toile de la vie, au-delà de ce que l'on peut mesurer ou discerner. Mais comme cette prise de conscience seule peut s'avérer trop froide, trop conceptuelle pour le soutenir et le faire avancer, le guerrier du Shambhala a besoin de la chaleur de la compassion.
Ensemble, ces deux notions peuvent l'aider à être l'agent d'un changement salutaire. Ce sont des dons pour que tous les guerriers du Shambhala puissent participer à la guérison de la planète. Cette guérison appartient à un cycle de temps beaucoup plus grand que la portée de notre vision fragmentée. Il est donc très important de simplement continuer à avancer..."

Texte transmis par le vénérable Dru-gru Choegyal Rinpoché à Joanna Macy
Pour aller plus loin :
- Écopsychologie pratique et rituels pour la Terre, retrouver un lien vivant avec la nature
de Joanna Macy et Molly Brown, Éditions Le souffle d'or
- Le seigneur des anneaux de JJR Tolkien
- Éthique TV : Entretiens avec Louis Fouché
Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté. (Confucius)
beltane
D'autre part, dans la tradition celtique, la nuit du 31 avril au 1er mai célèbre Beltaine. Miroir de Samhain (relire ici) à mi-chemin entre l'équinoxe de printemps et le solstice d'été, Beltaine marque l'établissement de la saison claire.
On y honore l'élément FEU, la chaleur toute nouvelle du soleil, les fleurs et les abeilles, l'adolescence et l'énergie sexuelle, l'élan de vie et la fécondité.
Toute la nature célèbre la joie, la convivialité et l'amour. C'est une période pour rire, chanter, fêter et honorer les liens du cœur !
Nous pouvons toutes et tous soutenir et renforcer cette énergie vitale de la planète, participer à sa guérison (et par là-même à la nôtre), chacun de là où nous sommes, simplement en nous posant un instant : inspire - expire.
Émerveillons-nous de la beauté qui nous entoure le temps d'une respiration : la forme d'un nuage, la caresse d'un rayon de soleil, la délicatesse d'un papillon, le scintillement d'une goutte de rosée, le souffle chaud d'un cheval, le sourire d'un enfant, le rire d'un parent...
Laissons-nous fondre quelques secondes sous la douce chaleur du soleil et offrons cet instant délicieux au monde.
04-07-2 (2)
Le corps :
quand le cheval et l'enfant fondent sous le même soleil et partagent le même souffle...
IMPORTANT
Afin de ne pas envahir vos boîtes e-mail inutilement tout en me permettant de constituer une liste de diffusion pertinente et adaptée, n'hésitez pas à gérer votre abonnement :
A200068-4