Albane

Tisseuse de liens,
je suis analyste non-duelle et comportementaliste équin.

Pour suivre mon parcours, c’est ICI .

Vous pouvez aussi visionner l’interview réalisée par Sylvain Gilliers dans le cadre de ses webinaires mensuels de Cheval et Méditations en Pleine Conscience via le lien ci-dessous :
« Albane Bervas et la Voie du Cheval » webinaire – replay

L’éthique

En tant que thérapeute , je me suis engagée à :

1- Œuvrer pour le bien des êtres

C’est à dire :
– prendre soin de l’être (humain, cheval ou tout autre être vivant 🙂 ) dans sa globalité, au-delà des symptômes et de la souffrance;
– prendre soin de l’espace qui est en chacun afin qu’il se déploie et qu’il vive;
– écouter la voix de l’Être qui essaie de se frayer un chemin.

2- Observer quotidiennement un temps de silence

Pour permettre cette écoute subtile de l’Être, un temps de silence quotidien est indispensable : silence des lèvres mais aussi et surtout silence du mental, là où les concepts et les connaissances n’ont plus lieu d’être. Cet espace ainsi cultivé laisse toute la place à l’autre, afin qu’il se déploie dans toutes ses nuances.

Ce temps de silence permet en outre de se relier à plus grand que soi, au-delà, au-delà du par-delà…

3- Continuer à étudier

Seule ou auprès d’autres professionnels, je continue à étudier et à me former sur les sujets qui me tiennent à cœur et qui font sens dans ma pratique quotidienne auprès de mes patients, de mes élèves et des chevaux.

Je suis ainsi notamment les enseignements de :
– Anam Thubten et Tenzin Wangyal (enseignants bouddhistes),
– Pat et Linda Parelli (enseignants Natural Horsemanship),
– Marie Franco (enseignante Holisitic Horsemanship et en communication intuitive).

Je continue de lire les « grands noms » de la psychanalyse tout en poursuivant ma propre introspection, sans oublier la supervision avec Violaine Mouthon, les Sentiers Cliniques.

4- Pratiquer !

« Le thérapeute, celui qui a cette folle prétention d’aider quelqu’un à se remettre dans son axe, peut-être faut-il qu’il commence par lui-même, qu’il remette de l’ordre dans l’univers à partir de ce morceau d’univers qu’il est lui-même » (Jean Yves Leloup)…

Ainsi, ma posture en tant qu’analyste ainsi que tout ce qui est proposé sur la Voie du Cheval (corps, cœur, esprit) sont la synthèse de ma propre expérience, de mon vécu et de mon quotidien, tant auprès des chevaux qu’en psychanalyse ou en méditation.

Les chevaux

Le troupeau est actuellement composé de (de gauche à droite) :

Rumba, jument de Mérens, fait partie de la famille depuis l’âge de 18 mois. C’est le pilier du troupeau ! Timide et facilement en retrait, elle a un cœur aussi gros qu’elle est noire.

Hewez est le fils de Rumba et le frère de Chinook par le père. Né à la maison, c’est aujourd’hui un jeune cheval bien dans ses sabots et plein de vie mais aussi posé et attentif.

Chinook est une jolie Quarter Horse fine et délicate. Elle aime que l’on passe du temps à ses côtés sans rien faire de spécial, juste brouter ou marcher dans la forêt, pour le simple plaisir d’être ensemble.

En dehors des séances, Rumba, Chinook et Hewez vivent « leur vie de cheval » en famille, pieds nus, sur des vastes prés proches de la maison, avec des arbres et des haies pour s’abriter, un point d’eau vers lequel marcher et, si besoin, du foin de prairie naturelle, des compléments à base de plantes et des remèdes naturels.

Tous les trois sont mes amis tout autant que mes partenaires de travail.
Le respect et l’écoute que nous nous accordons mutuellement dans toutes les situations du quotidien ont tissé au cours des années un lien puissant, profond et fluide. C’est ce lien unique qui nous permet d’accueillir ensemble les personnes et les chevaux qui viennent à nous.

Témoignages

Merci beaucoup Albane.
Rencontrer des personnes comme vous, c’est ouvrir la porte à un réconfortant rayon de soleil.
Jacques

Un grand merci de nous faire découvrir votre site, nous l’avons trouvé remarquable sur le fond comme sur la forme. Il nous a ouverts sur un monde inconnu que vous présentez avec une qualité d’écriture rare. Tout d’abord, on sent que vous habitez vos mots par la rigueur d’un apprentissage intellectuel, pragmatique et réfléchi. Cela donne au lecteur la base de confiance qui conduit à l’autre versant qui est cette expérience individuelle du « soi » face à un monde sensible où fusionnent les ressentis de l’homme et de l’animal. La découverte de cette relation se fait en plus dans ce territoire extraordinaire qu’est la nature, celle que nous percevons et celle que perçoit l’animal pour rencontrer son frère humain dans une communion basée sur l’altérité.
C’est là que votre prose poétique issue de tant de partages avec le vivant délivre le message d’une expérimentation physique et spirituelle qui demeure une expérience personnelle. Pas de recette miracle, tapageuse mais une oreille bienveillante, une main tendue, pour se trouver ou se retrouver. Alors grand merci de nous avoir partagé toutes ces richesses du corps, de l’esprit, du cœur.
Yves et Dominique