Tisseuse de liens,

je suis thérapeute non-duelle et comportementaliste équin.

J’accompagne l’être humain vers une meilleure compréhension de la Nature et de sa nature.
J’aide les animaux à mieux comprendre leur gardien et la société dans laquelle ce dernier les invitent à vivre.

La seule chose que nous pouvons réellement offrir au monde,
c’est la manière dont nous vivons notre vie.

Oh Shinnah Fastwolf

Aussi, quelques mots sur mon parcours et ma manière d’être au monde :

Enfance et adolescence : le corps

Je suis née en 1978 en Bretagne, dans une famille aimante qui m’a transmis très tôt le respect pour toute forme de vie.
Mon enfance pérégrine s’appuie avec bonheur sur les principes éducatifs de Maria Montessori, tant à l’école qu’à la maison, et sur un lien profond avec la Nature au sein de laquelle je passe des heures à écouter le silence, marcher dans la forêt ou observer une fourmilière.

Les chevaux entrent dans ma vie vers l’âge de 7 ans, m’amenant à fréquenter quelques clubs avant d’avoir mon propre poney à 15 ans : Pepper. Aussi adolescents et inexpérimentés l’un que l’autre, nous frisons la catastrophe plusieurs fois… La frustration, l’incompréhension et la peur s’invitent dans notre relation. La solitude aussi.
A l’époque, on ne parle encore ni des chuchoteurs ni des approches éthologiques et les réponses alors proposées par les professionnels du cheval ne me satisfont pas. Aussi, malgré les chutes et la peur, je continue avec Pepper à explorer les sentiers forestiers et les méandres d’une relation loin d’être innée entre une jeune fille et un cheval.

Études et premiers pas professionnels : l’esprit

Après un bac scientifique et un DEUG Sciences de la vie et de la terre, je pars pour la Suisse, sur les bords du lac Léman, étudier la vigne et le vin à l’École d’Ingénieurs de Changins. J’y développe sens de l’observation, esprit critique et approche scientifique rigoureuse.

En parallèle, les chevaux ne me quittent pas. Les livres de Klaus Ferdinand Hempfling et de Pat Parelli nouvellement publiés m’accompagnent, lors de chaque retour en France, vers une relation plus harmonieuse avec mon poney.

Diplôme en poche (Bachelor of Science HES-SO en viticulture et œnologie et Œnologue), je sillonne pendant plus de 10 ans la façade atlantique, du Val de Loire à Lisbonne, accompagnant les vignerons vers une viticulture biologique et holistique, respectueuse et pleine de vies. Je suis alors consultante et formatrice (FNAB, réseau 5 SENS). J’ai la chance d’animer des formations aux cotés d’intervenants de grande qualité tels que Jean-Michel Florin (Mouvement d’Agriculture BioDynamique), Georg Meissner (Université de Geisenheim-D), Pascal Oliarj (GIE Zone Verte) ou encore Eric Ancelet (Ohm Bioalternatives).
J’écris aussi : Paroles de Vigne, bulletin technique, poétique et philosophique, rédigé avec la complicité des amis de 5 SENS, qui a alimenté la réflexion et la pratique de centaines de vignerons; mais aussi des articles pour la presse spécialisée (MonViti).
Ces années d’accompagnement et d’enseignement auprès du monde viticole et agricole m’ont permis de développer une large connaissance du vivant, depuis ses aspects les plus terre à terre jusqu’à ses aspects plus subtils, naviguant entre la matière brute et les jeux d’énergie, entre l’agronomie et la biodynamie, entre minéral, végétal, animal et humain, réalisant que tout n’est que mouvements, échanges et interconnexions.

En marge de cette vie professionnelle riche et intense, ma petite famille équine s’agrandit. Rumba, jeune pouliche de Mérens, rejoint ainsi mon vieil ami Pepper, suivie de Spirit puis Akouna. Afin de partir sur des bases solides et harmonieuses avec ces jeunes chevaux, je me forme, notamment auprès de Magali Régnier, amie d’enfance et instructrice Parelli. Mes lectures viennent enrichir ce vécu auprès des chevaux : Tom Dorrance, Buck Brannaman, Frédéric Pignon, Sally Swift, Marthe Kiley Worthington, Linda Kohanov (entre autres !) trouvent tous place sur les étagères de la sellerie.
Petit à petit, je commence à éduquer de jeunes chevaux de trait destinés au travail dans les vignes, dans l’idée de faire d’eux des partenaires efficaces, respectueux et épanouis. Mais, pour que le couple fonctionne, il faut aussi que le meneur soit prêt. C’est à ce moment que je rencontre Marie Franco (Horse & Heart) auprès de qui je vais me former longuement.
A partir de là, je commence à transmettre l’art de la communication non-verbale aux personnes désireuses d’établir un lien profond, sûr et respectueux avec leur animal, qu’il soit de travail ou non.

Psychanalyse et non-dualité : le cœur

Ma pratique aujourd’hui est le résultat de ce parcours et se traduit par
La Voie du Cheval.

Coordonnées

Albane Bervas

Tisseuse de liens
thérapeute non duelle  –  comportementaliste équin

06 64 12 62 31
albanebervas@netcourrier.com
Laulerie – 24 400 St Géry